L’ALCHEMILLE ? UNE PLANTE COURANTE ET INJUSTEMENT MECONNUE

L’alchémille commune, de nom latin Alchemilla vulgaris, est une plante de la même famille que le rosier, le pommier ou le fraisier : les Rosacées. Les Phytoboomers peuvent la rencontrer assez facilement dans les prés, les pâturages humides et les forêts, aussi bien en plaine qu’en montagne. Cette plante possède également une curieuse particularité : elle peut former des graines sans passer par une étape de fécondation ! Les plants issus de ces graines peuvent être considérés comme des clones de la plante-mère. Cette caractéristique s’appelle l’apomixie, et on l’observe également chez le murier ou le pissenlit.

L’alchémille est discrète, ce qui est principalement dû au fait que ses fleurs sont assez petites et très peu colorées : vous êtes sans doute déjà passé à proximité d’elle au cours d’une balade sans même la remarquer !

Etant très commune dans de nombreuses régions et pays, elle possède plusieurs noms différents. Intéressons-nous à eux, car ils nous renseignent sur les utilisations traditionnelles de cette plante.

L’italien « Erba stella » donne un indice sur la morphologie des feuilles, dont les nervures centrales bien visibles leur donnent un aspect étoilé.

Le nom latin de l’alchémille, Alchemilla, proviendrait quant à lui de l’arabe « Alkemelieh », qui reflète l’importance de cette plante pour les alchimistes (on l’appelle également plante des alchimistes). En effet, la forme particulière des feuilles de l’alchémille forme un réceptacle en forme de corolle, où la rosée du matin à tendance à se déposer. Les alchimistes du Moyen-Age récoltaient ainsi cet

te précieuse rosée et l’utilisaient ensuite pour élaborer leurs elixirs.

En Alsace, on l’appelle « Froïamantele », qui signifie Manteau des Dames. On retrouve cette signification avec l’Allemand « Frauenmantel » et l’anglais « Lady’s Mantle ». Pourquoi ce nom ? La légende raconte que la feuille, si on la retourne, ressemble à une cape utilisée jadis par les femmes pour se couvrir les épaules. D’autre part, elle est utilisée traditionnellement en herboristerie pour ses propriétés bénéfiques sur les problèmes menstruels et troubles gynécologiques, ce qui expliquerait également son autre nom de « Manteau des Femmes » ou « Herbe aux Femmes ». La plante contient en effet des phytostérols qui possédent des effets pseudo-oestrogéniques. On y trouve également une molécule de la famille des triterpènes, qui a pour propriété de provoquer un effet brûle-graisse au sein des cellules graisseuses. Ses tanins et polyphénols anti-oxydants possèdent quant à eux des effets raffermissants sur l’aspect de la peau.

L’achémille est un bel exemple de plante locale méconnue aux propriétés valorisables. Pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour trouver des plantes intéressantes ! Et ça, chez les Phytoboomers, ça nous parle !

Elixia

Bonjour les Phytoboomers !

Ce blog, c’est tout simplement le RDV des curieux, passionnés par les plantes et la science, convaincus que la nature est notre passé, notre présent et évidemment notre futur.

Je suis Elixia, mascotte officielle des Phytoboomers. Avec vous, je partage et échange sur nos centres d’intérêt communs, sérieux ou un peu décalés ! Bienvenue dans notre communauté… et à vos commentaires ! #natureisfuture

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *