MARRON OU CHATAIGNE : QUELLE PEUT ETRE LA DIFFERENCE ?

 

Chauds les marrons ! Quel Phytoboomer ne sourit pas à l’idée de se brûler les doigts en dégustant un cornet de marrons chauds ? Dinde aux marrons, marrons glacés, crème de marrons… En cette saison, ils sont partout. Mais parle-t-on réellement de marrons ?

Le marron est la graine du marronnier commun, ou marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum), contenue dans une capsule épineuse (la bogue) où une seule graine se développe. Celle-ci est non comestible, et potentiellement toxique, pouvant provoquer diarrhée et vomissements si elle est consommée.

Le marron comestible est en réalité le fruit du châtaignier Castanea sativa, un arbre de la famille du hêtre.  C’est donc une châtaigne ! Il faut distinguer le châtaignier sauvage, qui produit des fruits d’assez petite taille, du châtaignier greffé qui sert à la production du « marron » comestible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fruit du châtaignier greffé sera plus gros que celui de l’arbre sauvage, le faisant ressembler à un marron. La châtaigne se trouve également dans une bogue, mais n’y est jamais seule. Deux ou trois fruits s’y développent simultanément. Comme celle du marronnier, la bogue du châtaignier est également recouverte d’épines, qui dissuadent les herbivores de s’y attaquer !

Le mot marron dérive du pré-roman « mar » qui signifie caillou, probablement dû à la dureté de ce fruit.

La châtaigne doit son nom au latin Castanea. En effet, selon la mythologie, Jupiter tenta de séduire la nymphe Néa, qui refusa de céder à ses avances. Peu habitué à ce type de refus, le roi des Dieux la transforma en arbre qui prit le nom de Casta Néa (« la chaste Néa »).

 

Bonjour les Phytoboomers !

Ce blog, c’est tout simplement le RDV des curieux, passionnés par les plantes et la science, convaincus que la nature est notre passé, notre présent et évidemment notre futur.

Je suis Elixia, mascotte officielle des Phytoboomers. Avec vous, je partage et échange sur nos centres d’intérêt communs, sérieux ou un peu décalés ! Bienvenue dans notre communauté… et à vos commentaires ! #natureisfuture

Partager cet article

Commentaires

    1. C’est juste Floriane. Les écrits d’Ovide ont sans doute en partie inspiré Shakespeare pour sa propre histoire d’amour sur les amants de Vérone !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *