L’UTILISATION DU VIN DANS L’HISTOIRE DE LA MEDECINE

Nous avons tous déjà plaisanté en nous resservant un verre de vin : « J’ai le droit, mon médecin m’a dit que c’était bon pour la santé ».

Si à l’écoute de ces paroles, un Phytoboomer averti pense immédiatement aux tanins et polyphénols du vin et à leurs propriétés cardiovasculaires, il faut également préciser que le vin est utilisé depuis plusieurs siècles par la Médecine.

Ainsi, Arnaud de Villeneuve, médecin espagnol du Moyen Âge, préconisait l’utilisation d’un dentifrice bien particulier : se rincer les dents avec du vin dans lequel du thym aura été préalablement bouilli. Cette recette originale combinait ainsi les effets désinfectants de l’alcool et les propriétés anti-bactériennes du thym. C’est ce même médecin qui appliqua le principe de la distillation, utilisé jusqu’alors pour la production d’huiles essentielles, au vin. Cette distillation permit à Arnaud de Villeneuve d’obtenir de l’« eau ardente » et constata qu’elle « guérissait rapidement les blessures récentes ». Il utilisait ainsi sans le savoir l’eau-de-vie, à forte teneur en alcool, pour désinfecter les plaies et blessures et éviter leur infection.

Une autre utilisation connue du vin en Médecine fut proposée par Angelo Mariani. Chimiste corse, il créa en 1863 une boisson à base de vin rouge et de cognac dans lequel des feuilles de coca étaient préalablement mises à macérer. La cocaïne présente dans les feuilles était ainsi partiellement extraite par le vin, et la boisson obtenue, appelée « Vin Mariani », présentait des effets pour le moins toniques et stimulants !

Vingt ans plus tard, un pharmacien américain d’Atlanta (John Pemberton), s’inspira de la recette du vin Mariani et y ajouta de la noix de kola (fruit très riche en caféine, traditionnellement consommé sur le continent africain) et commercialisa cette boisson stimulante sous le nom de « French Wine Coca ». En 1885, lorsque le maire d’Atlanta décida d’interdire la vente d’alcool, Pemberton modifia sa recette et obtint une boisson stimulante, sans alcool, à base de feuilles de coca et de noix de kola. Le Coca-Cola était né, et à grands renforts de publicité et marketing intense, connut un succès commercial unique. A noter que depuis 1903, il ne contient plus de cocaïne !

 

Bonjour les Phytoboomers !

Ce blog, c’est tout simplement le RDV des curieux, passionnés par les plantes et la science, convaincus que la nature est notre passé, notre présent et évidemment notre futur.

Je suis Elixia, mascotte officielle des Phytoboomers. Avec vous, je partage et échange sur nos centres d’intérêt communs, sérieux ou un peu décalés ! Bienvenue dans notre communauté… et à vos commentaires ! #natureisfuture

Partager cet article

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *