LA SARRIETTE

 
Fig 2. Satureia hortensis
 

Les Laboratoires Phytodia utilisent la sariette dans le Masque-Crème

Comment la reconnaitre ?

La sarriette affectionne les sols calcaires et adore le soleil. Bien qu’étant une plante méditerranéenne, il est donc possible de la cultiver en Alsace ! Souvent confondue avec le thym, ses feuilles sont néanmoins plus grandes et ont une saveur plus prononcée. Elle possède en effet un arôme légèrement poivré, d’où son autre nom : le poivre d’âne.

 

Sarriette, thym, romarin… ?

Ce sont toutes des plantes de la famille des Lamiacées. C’est la famille botanique la plus facile à reconnaitre : toutes les plantes qui la composent possèdent une tige à section carrée, et ses feuilles sont implantées deux par deux avec des étages perpendiculaires entre eux. Jetez un œil à la menthe, la mélisse ou la lavande ! Vous y retrouverez ces  mêmes caractéristiques. Il s’agit de plantes produisant également beaucoup de molécules aromatiques, servant à la production des huiles essentielles.

 

Quels sont les principaux constituants ?

Les feuilles de sarriette sont très riches en constituants antioxydants appelés polyphénols, et tout particulièrement en flavonoïdes. Elles sont également utilisées pour la préparation d’huiles essentielles, avec des rendements assez productifs : 100Kg de plante fraiche permettant d’obtenir jusqu’à 800g d’huile essentielle. Par comparaison, 100Kg de mélisse mènent à l’obtention de seulement 15g d’huile essentielle !

 

Le saviez-vous ?

La sarriette possède une réputation de plante aphrodisiaque. En effet, son nom scientifique est Satureia, qui provient du mot latin satyrus. Ces propriétés lui valurent même d’être interdite dans les monastères au Moyen-Age !

 

Plus d’infos